. 3e Fête du Court Métrage

.

du 13 au 19 mars 2019

La Fête du court métrage expose la magie du court au plus grand nombre. Cinéphiles ou néophytes, jeunes publics, familles et passionnés : elle permet à tous de découvrir le court métrage au travers de projections partout en France et aussi à l’international. Cette année, Amiens sera au cœur de cette 3e édition, ville ambassadrice pour la 2e année mais aussi ville inaugurale, avec de très nombreux temps forts, rencontres, ateliers d’éducation à l’image, masterclass et animations du 13 au 19 mars à la Maison de la Culture d’Amiens, au Gaumont Amiens, au Ciné St-Leu…

Programme détaillé :

Jeudi 14 mars de 10h00 à 17h30
Atelier Fond vert
Animation dans le hall du Ciné St-Leu • entrée gratuite

Jeudi 14 mars à 11h00
Programme 50 ans du G.R.E.C.

Séance de courts métrages du G.R.E.C. choisis par les étudiants de l’Université d’Amiens durée 2h00 • entrée gratuite

À l’occasion de ses 50 ans, le G.R.E.C. (Groupe de Recherche et d’Essais Cinématographiques) s’associe avec l’Université d’Amiens pour une séance imaginée par les étudiants du Master Cinéma : Analyse, Critique, Valorisation et Programmation.

À l’issue de la projection, les étudiants expliqueront leur choix de programmation et échangeront avec les réalisateurs présents et les chargés de diffusion au G.R.E.C., en présence des enseignants de l’Université. La séance donnera lieu à la publication sur le site du G.R.E.C. des critiques des films écrites par les étudiants.

Fête du Court Métrage - 50 ans du G.R.E.C.

Un film de
1997 - 2017 — France — 2H00 — Entrée gratuite

À l’occasion de ses 50 ans, le G.R.E.C. (Groupe de Recherche et d’Essais Cinématographiques) s’associe avec l’Université d’Amiens pour une séance imaginée par les étudiants du Master Cinéma : Analyse, Critique, Valorisation et Programmation.

À l’issue de la projection, les étudiants expliqueront leur choix de programmation et échangeront avec le réalisateur Maxence Vassilyevitch et la monteuse de Blinis ! et de Je suis présent Jeanne Sarfati seront là pour échanger avec les étudiants, et les chargés de diffusion au G.R.E.C., en présence des enseignants de l’Université. La séance donnera lieu à la publication sur le site du G.R.E.C. des critiques des films écrites par les étudiants.

Films projetés :

  • Je suis présent de Maxence Vassilyevitch - fiction, 2015, 20 min
  • Over the Rainbow de Alexandre Aja - fiction, 1997, 9 min
  • Blinis ! de Diane Weber Seban - fiction, 2017, 25 min
  • Cadavre exquis de Léa Mysius - fiction, 2012, 25 min

Fête du Court Métrage - Basses

Un film de Félix Imbert
2018 — France — 25 minutes — Entrée gratuite

Réalisation : Felix Imbert - en présence de Félix Imbert et les représentants du G.R.E.C. durée 25mn + Rencontre

C’est la fin de l’été, il est dix- huit heures. Logan rejoint son meilleur ami à la sortie de la clinique psychiatrique. Théo a été enfermé quinze jours après un accident. Avant que la mère de Théo n’arrive, les deux garçons s’enfuient vers la plus grosse rave party de leur vie. Logan sent que Théo a changé, une vérité que Logan pressent mais qu’il refuse de voir. Les deux garçons continuent leur course à travers la montagne, vers une fête qui reste invisible...

Fête du Court Métrage - Courts des palmés

Un film de Mike Leigh, Cristian Mungiu, Abbas Kiarostami, Nanni Moretti, Jane Campion, Apichatpong Weerasethakul, Ruben Östlund
1988-2018 — — 1H21 — Printemps du cinéma (4€)

Et la Palme d’or revient à... Les réalisateurs ayant reçu cette fabuleuse distinction sont souvent eux aussi (re)passés par la forme courte.

• The Short & Curlies de Mike Leigh (17’10, 1988)
L’histoire d’amour entre un garçon ironique et une jeune vendeuse qui rêve à l’homme idéal.

• Zapping de Cristian Mungiu (15’, 2000)
L’homme rentre du boulot, regarde la télé en changeant de chaîne sans arrêt, toute la nuit - cela rend sa femme malade. Jusqu’au jour où les chaînes refusent de changer...

• No de Abbas Kiarostami (8’26, 2010)
Lors d’un casting, une fillette apprend qu’elle doit se couper les cheveux pour obtenir le rôle.

• Il Giorno della prima di Close-up de Nanni Moretti (6’48, 1996)
Le travail et les obsessions de Nanni Moretti lorsqu’il apprend que le film iranien « Close-up » va être diffusé dans son cinéma romain.

• The Water Diary de Jane Campion (18’, 2005)
Ziggy, 11 ans, écrit dans son journal intime toutes les tristes choses qui se sont succédées pendant la pire sécheresse de l’Histoire. Elle y évoque également les rêves que les gens de son village font à propos de l’eau.

• Blue de Apichatpong Weerasethakul (12’, 2018)
Une femme est éveillée la nuit. À proximité, un ensemble de décors de théâtre se niche, dévoilant deux paysages alter- natifs. Sur le drap bleu de la femme, une lueur de lumière reflète et illumine son royaume d’insomnie.

• Incident by a Bank de Ruben Östlund (12’, 2010)
Un braquage de banque raté. Une seule prise où 96 personnes effectuent une chorégraphie méticuleuse pour la caméra.

Fête du Court Métrage - Focus Michel Ocelot

Un film de 5 courts métrages de Michel Ocelot
1979-92 — France — 1h30 — à partir de 6 ans

Séance-Rencontre en présence de Michel Ocelot (billetterie au tarif habituel)
Le réalisateur commentera en direct ces 5 courts métrages en ombres chinoises, réalisés entre 1979 et 1992

• Le Prince des joyaux (13’, 1992)
Voici un innocent garçon, une jolie princesse, un marchand fourbe et un aigle géant, amateur de joyaux. Cela se passe au pays des mille et une nuits, sous une pluie de pierres précieuses.

• La Légende du pauvre bossu (7’12, 1982)
Tout en haut, une princesse inaccessible. Tout en bas, un petit bossu bafoué. Entre eux, les gens, l’égoïsme, les habitudes, l’étroitesse d’esprit. Mais le bossu a un secret, que lui-même ignore...

• Icare (12’13, 1989)
C’est bien l’histoire d’Icare, fils de Dédale, enfermé dans le labyrinthe, avec une variation...

• Bergère qui danse (9’, 1992)
Une jolie bergère aimait beaucoup un jeune berger. Une fée aussi. La bergère sait garder les moutons et danser au son du pipeau de son ami. La fée, elle, est puissante, impitoyable. Elle possède un dragon volant, un palais de cristal, une tour du sommeil et bien des sortilèges. Laquelle des deux va gagner ?

• Les 3 inventeurs (13’12, 1979)
Dans un monde de dentelle blanche, un grand inventeur, une grande inventrice et une petite inventrice inventent de belles machines utiles. Mais les gens ne comprennent pas et n’aiment pas qu’on ne se tienne pas comme eux.

Fête du Court Métrage - Modernité 3.0

Un film de Matthew Frost, Agathe Reidinger, David Feliu, Varun Nair, Juliana de Lucca, Nicholas Oli- vieri, Yi Shen, Loïc Barché, Noémie Merlant
2018 — France — 51mn — Entrée gratuite

Snapchat, Facebook, Twitter, difficile de passer à côté. Mais les réseaux sociaux ne re ètent pas toujours le meilleur de nous-même...

• Aspirational de Matthew Frost (3’, 2014)
Attendant un véhicule VTC devant sa villa, Kirsten Dunst est abordée par deux fans supposées...

• J’attends Jupiter de Agathe Reidinger (22’, 2017)
Liane, vingt-et-un ans, vient d’apprendre qu’elle était retenue pour participer à une émission de télé-réalité. Persuadée que sa vraie vie va enfin commencer, elle délite tout ce qui l’entoure pour embrasser avec radicalité ce grand chamboulement.

• Best Friend de David Feliu, Varun Nair, Juliana de Lucca, Nicholas Oli- vieri, Yi Shen (5’45, 2018)
Dans un futur proche, un homme, accro à un produit appelé « Best Friend », fête son 30e anniversaire entouré d’amis virtuels.

• Goliath de Loïc Barché (18’, 2016)
Nicolas est follement amoureux de Charlotte, une fille qu’il connaît à peine et qu’il fantasme à travers les photos qu’elle publie sur Facebook. Accompagné d’un ami, il décide de lui prouver son amour en accomplissant un exploit.

• Je suis une biche de Noémie Merlant (2’20, 2017)
Nina, alias #Ninalabiche sur snap, est une jeune fille accro aux réseaux sociaux. Pour échapper à ses angoisses et à son manque de confiance, elle s’invente une vie sur son téléphone

Fête du Court Métrage - Talents d'aujourd'hui

Un film de Chabname Zariab, Onur Yagiz, Justine Vuylsteker, Fanny Liatard, Jérémy Trouilh, Sarah Van Den Boom, David Tabourier
2015-2018 — France — 3H00 — Avec entracte

Programme de 7 courts métrages en présence des réalisateurs
Durée 3h00, avec entracte • billetterie au tarif habituel

Fiction, animation, documentaire, expérimental, nouveaux formats, tour d’horizon - non exhaustif - de la relève du cinéma français.

• Au bruit des clochettes de Chabname Zariab (25’45, 2015)
En Afghanistan, les batchas sont de jeunes garçons prostitués contraints à danser habillés en filles pour un public d’hommes, sous la protection d’un maître. Au bruit des clochettes raconte l’histoire de l’un d’entre eux, Saman, et de l’arrivée d’un batcha plus jeune censé le remplacer...

• Toprak de Onur Yagiz (11’20, 2017)
Toprak, huit ans, traduit pour ses parents qui ne parlent pas français. Aujourd’hui, il accom- pagne ses parents à l’hôpital pour la deuxième échographie de sa mère. Il sera le premier à savoir si les jumeaux sont des frères, il l’espère.

• Étreintes de Justine Vuylsteker (5’27, 2018)
Debout face à la fenêtre ou- verte, une femme regarde les nuages noirs qui obscurcissent l’horizon. Immobile, elle lutte contre la remontée de ses souvenirs. Dans les nuages, un corps-à-corps passionné se dessine.

• Chien bleu de Fanny Liatard, Jérémy Trouilh (17’, 2018)
Émile a peur du monde. Il ne sort plus de chez lui et peint tout en bleu. Une nuit, son fils Yoan rencontre Soraya, une adolescente fan de danse ta- moule. Elle va l’aider à trouver la bonne couleur.

• Raymonde ou l’évasion verticale de Sarah Van Den Boom (16’40, 2018)
Le potager, les petits pois, les pucerons et les culottes sales, Raymonde en a vraiment assez. Tout compte fait, elle préfèrerait le sexe, puis l’amour, puis l’immensité du ciel.

• Virago de David Tabourier, sur une idée de Aude Gogny-Goubert (6’40, 2017)
Virago est une série de chroniques historiques, humoristiques et féministes sur les femmes qui ont changé le monde et dont on a peu, voir jamais entendu parler.